Le Gulf Stream nous joue t-il une farce ?

Publié le par Alexandre M. Johan B. Florian F.



La température moyenne de l'atmosphère était en constante augmentation et depuis de nombreuses années, et les débats des raisons de ce réchauffement de la planète sont que c'est causé par la pollution anthropique. La crainte est qu'elle peut avoir des conséquences inattendues sur la formation d'eaux profondes dans l'Atlantique Nord. Des températures plus élevées dans l'atmosphère vont déplacer le front des glaciers polaires au nord et à l'intérieur des terres sur le continent.  (Ici image de l'Europe le 9 janvier 2010 recouverte par la neige)



La banquise en s'éloignant des zones d'eau profonde entre le Groenland et la Norvège peut entraîner une réduction substantielle de la force de la pompe saline. Si la salinité diminue de la pompe, elle diminuera proportionnellement le tapis roulant des eaux chaudes et du sel dans l'Atlantique Nord grâce au Gulf Stream. La salinité de l'eau a diminué ainsi que la pompe. Ce processus pourrait conduire à un refroidissement rapide et permanent des eaux au nord de l'Islande et des îles Féroé.

A ce stade, la pompe saline et le Gulf Stream ne peuvent plus apporter de chaleur dans les eaux au nord de l'Islande. Les températures dans cette région vont diminuer pour atteindre un niveau inférieur à celles actuellement en Europe du Nord. Cela apportera un régime climatique froid, peut-être proche de celui du PAG (Petit Age GLaciaire du moyen age). Peu à peu, et plus le réchauffement climatique augmentera la température de la planète, il est à craindre que l'afflux d'un grand volume d'eau douce libérera une fonte de l'inlandsis du Groenland et d'autres régions du nord, bloquant ainsi le «tapis roulant» ou provoquant un ralentissement significatif. Cela pourrait conduire à un refroidissement de la région du nord de l'Europe. Même si les températures mondiales continuent de croître, le convoyeur pourrait ralentir.

Ici Image du Gulf Stream dérivant dans le courant du Labrador le 30 décembre 2009. C'est une image toute à fait exceptionnelle, car nous pouvons observer qu'il ne remonte plus entre le Groenland et la Norvège. Est ce un phénomène momentané ou durable ? A l'heure actuelle, on peut parler d'un phénomène momentané. Mais l'hiver rigoureux qui touche l'Hémisphère Nord aurait un rapport direct avec les courants marins selon Metoffice (Grande Bretagne).


Si le courant ralentit dans l'Atlantique Nord, nos hivers deviendront rigoureux en Europe et en Amérique du Nord, et nous aurions une forte sécheresse dans de nombreuses régions de l'hémisphère sud, car cela provoquera des courants plus chauds causés par une mousson qui remontera plus vers le Nord.

Un tel refroidissement n'est pas prévisible avec les modèles climatiques actuels. Il convient de noter que, selon les hypothèses les plus pessimistes, le climat pourrait changer radicalement et de façon imprévisible dans quelques années. Une confirmation scientifique du ralentissement du Gulf Stream est donnée par les études menées par le professeur Wadhams, professeur de physique des océans à l'Université Cambridge, qui est descendu sous l'Arctique à bord d'un sous-marin de la marine britannique et a constaté que les changements dans la circulation océanique, possible dans un avenir indéterminé sont déjà mis en place. Dans le passé, Wadhams a dit dans le Sunday Times, nous avons trouvé une sorte de mer de grandes cheminées, des colonnes d'eau froide denses qui descendend de la surface vers les fonds marins, 3.000 mètres de profondeur.

Elles semblent être désormais presque avoir disparu. "Il ya seulement deux de ces 12 cheminées thermales et même ces deux là sont si faibles que l'eau froide ne parvient plus à atteindre le plancher océanique. Si le Gulf Stream, qui transporte 27.000 fois plus de chaleur que produit artificiellement en Grande-Bretagne, devaient s'arréter, la chute des températures serait de 8-9 degrés. " Une perspective dramatique liée aux afflux d'eau douce d'où proviennent la fonte des glaciers de l'Arctique ( www.noaa.gov.us ). 

source : http://www.meteoscienze.it/

Publié dans Climat

Commenter cet article